Envie de râler, un coup de déprime ?

25 Oct 2021 09:39 #1531 par Jeb
Réponse de Jeb sur le sujet Envie de râler, un coup de déprime ?
Elle aurait pu signer avec Gallimard qu'elle vendrait quand même cent exemplaires. Mais qui sont ces gens ? Parce que ce genre d'anecdotes, je les entends dans toutes les petites maisons d'édition. C'est déjà grotesque d'avoir la grosse tête quand on tire à 150000 exemplaires (parce que ça ne prouve sûrement pas le talent), mais quand on a simplement écrit un bouquin, comme 75% des Français... Et puis je trouve ces gens-là généreux avec les sacrifices financiers qu'ils demandent aux autres...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

29 Oct 2021 23:30 #1532 par Asavar
Je suis assez d'accord avec Jeb. je ne comprends pas ce genre d'auteurs. je sais que certains éditeurs Alsatique avec lesquels je travaille se trouvent face à ce même genre de problèmes.
J'espère que cela s'arrangera pour le mieux Fabien.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

30 Oct 2021 23:45 #1533 par Nemain
Je me demande si ce genre de comportements ne vient pas d'une méconnaissance totale du circuit du livre (en plus parfois d'un ego un peu trop important). Parce que quand tu ignores comment les choses marchent dans ce milieu, c'est très facile de faire des plans sur la comète.
Mais il y a un truc que je ne comprends pas, Fabien. Si le contrat est déjà signé, c'est possible de le modifier comme ça ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

02 Nov 2021 05:26 #1534 par Jeb
Réponse de Jeb sur le sujet Envie de râler, un coup de déprime ?
Pour des raisons de boulot, y a peu de chances que vous me revoyiez avant le 19 au plus tôt. Le travail, c'est l'esclavage. Soyez sages en attendant !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

02 Nov 2021 12:18 #1535 par Fabien Lyraud
Il faudrait que vos clients comprennent que ce n'est pas possible de traduire en quelques semaines ce qu'un traducteur littéraires fait en quelques mois.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Nov 2021 07:26 #1536 par Jeb
Réponse de Jeb sur le sujet Envie de râler, un coup de déprime ?
Hélas, ça continue. Aucun jour férié ce mois-ci, évidemment, et la masse de travail tombée ce matin est décourageante. En ce moment, après cinq mois de diète et d'arrêt d'écriture écœuré, je suis de nouveau en phase intensive de rédaction - j'ai retrouvé la foi (j'ai déjà bouclé 180 000 caractères de mon nouveau roman, rien qu'en me levant tôt le matin) : dans un métier normal, je prendrais 15 jours de vacances pour profiter à fond de ce filon. Mais là, pas possible...

On teste et on prend des étudiants en fin d'études pour les former et augmenter nos effectifs. Mais la formation, c'est long, on en a au moins pour un an avant qu'ils soient efficaces et autonomes. Faisons le dos rond en attendant, mais je fatigue un peu. Quel monde du travail absurde...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

16 Nov 2021 17:41 #1537 par Véro-Lyse
Enfin une bonne nouvelle  , c'est cool que tu écrives à nouveau. 
Pour le reste, ce monde est fou. De plus en plus souvent je me dis que je ne suis pas née à une époque qui me correspond. 

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

16 Nov 2021 21:41 #1538 par Jeb
Réponse de Jeb sur le sujet Envie de râler, un coup de déprime ?
Oui, c'est un drôle de monde. Mais on ne sait jamais comment les choses tourneront. Bon courage à toi !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

17 Déc 2021 22:05 #1539 par Fabien Lyraud
Pendant qu'on rage sur l'improbable chimère Lucazio, les coucous du new adult continue à faire leur nid pour mieux nous bouffer. Quand je vois les ventes de certains de leurs titres ( et en plus les éditeurs ont quasiment mon modèle économique, mais certains de leurs titres sont sold out en deux mois et ils font des réimpression à tout bout de champ), je suis vert. Et c'est pas leurs meilleurs romans qui se vendent le mieux c'est clair. Quand ils ont de bonnes autrices c'est leurs plus mauvaises ventes. Mais ça permet de donner le change et faire croire qu'ils ne sont pas si mauvais.
Et puis ils ont plein de soutiens.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

18 Déc 2021 07:37 - 18 Déc 2021 07:52 #1540 par Jeb
Réponse de Jeb sur le sujet Envie de râler, un coup de déprime ?
Je ne connaissais pas le "New Adult". J'ai fait une recherche Internet, je suis tombé sur Mme Figaro (impossible à différencier d'ailleurs de Mme Gorafi) qui explique de quoi il retourne. C'est, bien sûr, un produit marketing vendu comme tel sans scrupule, et ça offre du roman photo aux 18-25 ans qui trouvent que les mots de plus de deux syllabes, c'est compliqué. Je n'ai déjà jamais compris le concept de "Young Adult" (sauf comme concept mercantile, bien sûr) : moi, à 14 ans, j'arrivais à lire Flaubert sans souci et je n'étais pas particulièrement précoce. Mais je me serais senti insulté si on m'avait fabriqué sur cahier des charges des "romances actuelles" à lire dans le train de mon service militaire (pendant lequel je lisais Conrad et Shakespeare dans le texte).

Autant je comprends le pulp, ou la littérature de gare (qui est globalement ce que j'écris) : ça s'adresse plus ou moins à tous les âges parce que ça n'a d'autre vocation que de divertir les semaines de grande fatigue, entre deux Proust : j'aime la musique spectrale, mais ça ne m'empêche pas d'écouter Les Mamelles de Tirésias de temps en temps. Ce sont, par ailleurs, des ouvrages d'imagination qui proposent du cinémascope exotique. Mais des machins débiles alors que sérieux comme encycliques, dans un décor réaliste (et donc aussi enchanteur qu'un parking de supermarché), et sur un thème unique (la romance, bien sûr, et sans Lélo hélas), spécifiquement manufacturés à la chaîne pour des gens qui sont en âge de se lancer dans Le traité de l'âme, je ne comprends pas. Ou plutôt si : plus tard, si la plume les démange, ça donnera Darrieussecq.

Je n'ai jamais d'opinion, d'ordinaire, sur ce que je n'ai pas lu. Pourquoi suis-je aussi affirmatif ici ? Parce que c'est un produit. Quand on ouvre une partition de Maurice Ohana, on ne sait jamais ce qu'on va trouver. Quand on ouvre un Harlequin, si. Ce truc, c'est juste la bit-lit qui recommence, sous un emballage reconfiguré. C'est comme les cafés liégeois de supermarché : pas besoin de les ouvrir pour savoir que la crème ne dépasse pas du couvercle, malgré la publicité.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.417 secondes
Propulsé par Kunena
Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les rejetez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.